Le football m’a renié, la plume m’a bercée

Je m’appelle Tall Amadou, j’ai  17 ans et je suis élève en classe de Terminale sciences mathématiques, à Sainte Marie de Ratoma. Je suis né à Dinguiraye, Ville sainte officiellement fondée par El Hadj Oumar Al Foutiyou Tall, dont je suis de la Sixième génération des descendants. Je vis à Conakry depuis décembre 2010 .

Depuis tout petit obstiné par la créativité, je suis avant tout un petit bricoleur qui passait une bonne partie de son enfance à collectionner des objets d’électroniques ou qui paraissaient intéressants. Les documentaires, les livres classiques, les encyclopédies, les dictionnaires et les jeux vidéo de simulation étaient mes objets de loisirs. Contrairement à beaucoup de mes amis, je ne jouais pas au football, j’étais capable de rater un ballon qui se trouvait sous mes pieds. je me suis fait violence pour ne pas tomber dans les pièges de l’adolescence, même si parfois certains de mes camarades ont essayés de m’embobiner.

Il n’y a pas longtemps, j’ai croisé le chemin de l’écriture. J’ai commencé à écrire, avec des proses fantaisistes, satiriques, parfois même sarcastiques. C’est un nouveau monde qui s’est ouvert à moi , celui de  la folie des mots. A partir de là, quand je marche, c’est comme si je faisais un match de puzzle, les mots me viennent, je les assemble et bingo! j’ai une phrase, deux, un paragraphe, ainsi de suite. Il m’arrivait parfois de chanter ces vocables jusqu’à destination tout en essayant de retenir le maximum. Quelques fois l’on me traitait d’extravagant tellement que j’étais bizarre, silencieux ou même déréglé. Tantôt je vis avec mon entourage, tantôt dans mon nouveau monde.

Ayant eu conscience de la situation sociale, économique et politique de la Guinée, je me  suis rendue compte que si rien n’est fait, et mon avenir, et celui de ma nation seront menacés. J’ai pris ma plume pour transcrire ma pensée, elle est devenue mon  arme. Je la trempe dans une encre issue des larmes de mon âme. La même qui brûle dans les flammes de la misère sociale tendant à miner économiquement mon quotidien de citoyen aux droits sabotés et piétinés.

Sur les réseaux sociaux, dans les écoles, les quartiers, mes écrits ont fait des échos. Je récoltais des partages, des commentaires, des likes, des messages, des invitations , des félicitations… J’étais en quelque sorte l’adolescent qui se démarque que  de l’ensemble. Je ne me suis pas limité là, je me suis ouvert à la recherche du savoir, je fais des cours en ligne avec le Young African Leader Initiative ( YALI ), avec google, des formations physique etc… Le savoir ne se cherche pas qu’à l’école, saisir les opportunités qui me viennent, c’est ça mon secret…

Mon rêve, c’est de faire partie de ceux qui fabriquent les briques qui vont servir à construire cette guinée  victime des régimes merdiques, d’une jeunesse indécise, celle qui rêve d’une vie meilleure, mais continue à accepter d’aller voir ailleurs, réussir ailleurs et mourir ailleurs. J’étais dans l’obscurité, je veux être une source de lumière pour les autres, me faire revivre éternellement après que je sois parti vers les cieux telle la volonté de mon Dieu. Je rêve d’être parmi les aïeux de ceux qui vont réussir à maintenir la paix dans le monde, à agir avec humanisme.

Pour cela, j’ai choisi l’écriture qui d’ailleurs est une vocation pour moi. c’est un chemin que j’ai emprunté parce que je pense qu’il est meilleur et qu’il va me permettre de matérialiser ma pensée, participer en quelque sorte à l’évolution de ma nation qui constitue  passion de mes rêves. Pour moi, écrire c’est donner un réel sens à mon existence. Ainsi, Daroum digital talent est cette formation initiée par l’association des blogueurs de Guinée ( ABLOGUI) qui vient me rallier aux rangs de mon combat. elle vient non seulement pour me permettre de faire un développement personnel, mais aussi me faire acquérir des connaissances, des expériences et de développer ma tribu sociale…

Bref, #DDT c’est quelque chose qui est avant tout issue de l’humanisme, de l’envie d’honorer la mémoire d’un homme de la plume et d’en créer d’autres, voilà pourquoi j’ai décidé de déposer candidature pour cette formation, la même qui m’a permise d’écrire ce billet sans bugs après m’avoir fait créer ce blog. Ici, je parlerai de diverses choses notamment de la jeunesse, de l’éducation, de développement personnel, de la nature…

Publié par amasada2

Poète, blogueur, activiste humanitaire.

37 commentaires sur « Le football m’a renié, la plume m’a bercée »

  1. T’es vraiment un génie mon cher. Je suis de cœur avec toi, suis aussi sur le point d’être comme toi. S’il te plait rien ne t’empêche d’abandonner cette phase de poule.

    J’aime

    1. Il est rare de trouver des personnes aux environs de notre âge avec de pensées si humanitaires envers soi et leurs compères. Je te souhaite de tout cœur de remporter les combats qui se dresseront sur ton chemin à l’avenir. N’abandonne pas.

      J’aime

      1. Tu es l’exception qui vient démentir la règle. Nous sommes capables d’étudier et devenir ce que nous voulons ici, chez nous, sans même nous déplacer.
        Pour ton âge ça étonne surtout quand il s’agit de notre pays où les jeunes ont d’autres passions qui sont à des années lumières de ce que a réellement besoin notre Nation : Une jeunesse consciente qui accepte de s’assumer en se battant pour notre Nation sans contre partie.

        Fier de toi, de ce que tu fais, de ce que tu dis, de ce que tu écris.
        Tu es la colombe qui servira d’exemple aux autres jeunes de ton âge voir même d’autres âges.
        Respect et bon courage.
        Pour ma part, je ne me lasserai jamais de te suivre et de lire à chaque fois que j’aurais l’occasion.

        J’aime

  2. Je veux allez en Ukraine pour performer mon anglais et faire le master en management. Mais je souhaite postulé en fin avril si c’est possible car pour le moment suis pas en Guinée et je dois rentré en avril si Dieu le veux bien.

    J’aime

      1. Toute mes felicitations en faite c’est alseny thiam l’auteur du roman larmes d’afrique qui m’a un peu parlé de toi puis je avoir ton contact desolé de laisser ceci dans les commentaires

        J’aime

  3. Il est rare de trouver une personne aux environs de notre âge avec des visions si humanitaire pour soi et ses compères , je te souhaite de tout cœur de remporter les différents combats qui se dresseront sur ton chemin à l’avenir.

    J’aime

  4. Elle est à respecter votre démarche les gars j’aime ce que chacun de vous est entrain de faire . Ne vous faites pas d’excuse avec eux ou sans eux rien ne doit être lâché, seul le charbon mène au sommet.
    Pensez juste à emprunter une attitude humble et modeste dans votre combat surtout en déclarant les facteurs qui troublent notre nation et ne perdez jamais de vue que c’est à vous à travers vos plumes pousser ces milliers de jeunes de ce pays à voir les choses autrement. En gros la “manière” est incontournable dans tous ce que l’on fait la réussite en dépend

    Aimé par 1 personne

Répondre à Moïse Kolié (Etudiant chercheur) Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :